Des stratégies faciles pour renforcer votre image

Gestionnaire de voyage d’affaires en réunion avec des voyageurs

Lelia Gowland, Directrice, Gowland LLC.

Tout gestionnaire de voyages d’affaires en est conscient : c’est à travers les rencontres en direct que les collaborateurs parviennent à établir des liens avec les clients et collègues. Même les plus beaux parleurs ne peuvent pas bâtir de véritable relation par visioconférence.

Vous qui avez un ou plusieurs collaborateurs en déplacement, sur le point de rencontrer des clients et collègues, comment pensez-vous qu’ils souhaitent être perçus une fois sur place ? Option A :

  • comme des personnes sérieuses, compétentes et en mesure de faire leur travail ?
  • Option B : comme cette personne qui vient de renverser le contenu de son sac dans un escalator, et qui essaie simplement de donner le change ?

Ayant essayé les deux, je préfère l’option A.

Nous savons tous reconnaître et apprécier ce type de présence. Ce sentiment que l’on ressent quand une personne au charisme particulier entre dans la pièce ; ce sentiment d’être en présence d’un leader. Ce je ne sais quoi qui fait que cela a l’air facile.

Nous voudrions tous provoquer cette impression… Mais comment faire ? Comme il n’existe aucune recette magique, nous ne pouvons que vous recommander de faire appel aux services de Jennifer Lee, responsable de formation et spécialiste en image.

Elle dénombre deux critères cruciaux : le sérieux, votre manière d’agir ; et ce qu’elle appelle « identité perçue », c’est-à-dire de quoi vous avez l’air et l’image que vous donnez à vos interlocuteurs.

Attitude : respirer la confiance (ou en avoir l’air)

En voyages d’affaires, l’enjeu de vos voyageurs est précisément de rencontrer les personnes avec lesquelles ils doivent faire des affaires. Mais quelle attitude adopter une fois en situation ? Les moments d’interactions, tout comme les impressions qu’ils laissent, sont cruciaux : il est donc important d’aider vos voyageurs à s’y préparer. Jennifer Lee offre quelques bons conseils à partager, notamment sur les accessoires à prévoir…

En voyage, on a vite fait de « jeter » ses affaires dans un sac à dos ou à main avant de passer la porte. Résultat : quand on vous demande une carte de visite, vous vous retrouvez à fouiller votre sac frénétiquement sans pouvoir mettre la main sur le précieux objet, sortant bonbons à la menthe et autres barres aux céréales… avant de vous rappeler que vos cartes de visite se trouvent dans votre poche.

Pour parer à cela, Jennifer Lee recommande de rester simple et organisé en toute circonstance. Vous aimez les grands sacs ? Pensez à utiliser un plus petit sac, contenant l’ensemble de vos outils de travail (stylos, cartes de visite, bloc-notes), que vous insérerez systématiquement dans le grand.

Ainsi, vous aurez l’assurance de pouvoir retrouver ce que vous recherchez à tout moment, et d’être présent pour votre client ou prospect. Plutôt que d’être distrait en recherchant quelque chose au fond de votre sac, vous pourrez vous concentrer sur les interactions et l’échange avec votre interlocuteur.

Un facteur important pour bien gérer la rencontre et ainsi avoir des chances de produire une première impression durablement positive.

Incarner la confiance sous pression est une autre histoire.

Ainsi, Jennifer nous raconte l’histoire de cette cliente paralysée par le stress à chaque fois qu’elle assistait à des réunions avec des interlocuteurs qu’elle percevait comme étant des personnes de pouvoir. Son professionnalisme d’ordinaire solide ne lui était alors d’aucun secours.

Pour parvenir à rester sereine, elle a appris à développer une stratégie qu’elle déploie en préparation de ses réunions, une stratégie similaire au rituel de lancer franc d’un joueur de basket-ball Voici le détail de son rituel : 

  • Rechercher un endroit calme et prendre quatre grandes respirations.
  • Se munir d’une bouteille d’eau. (Comme les personnes anxieuses ont tendance à avoir la bouche sèche, elles ont vite fait de se focaliser sur cela et de perdre contenance.)
  • Amener un « ami » à la réunion, quelqu’un que l’on aura coaché pour être son allié. La mission de cet allié : poser une question facile pour relancer la discussion dans le cas où la personne se retrouverait paralysée, et laisser le temps à celle-ci de réorganiser ses pensées et de reprendre confiance.

À peine quelques mois après avoir mis en place cette stratégie, la cliente de Jennifer Lee était parvenue à changer totalement d’image et était perçue comme une représentante très fiable par sa direction.

Soyons clairs : ces « trucs » ne vous garantiront pas de garder votre sérieux et votre contrôle en toutes circonstances. En revanche, ils ont été utiles à la cliente de Jennifer Lee dans la gestion de ses émotions et des signes de stress. Vous pouvez tout à fait développer vos propres stratégies ; l’intérêt est de parvenir à vous préparer sur le plan émotionnel.

Identité perçue : attention à l’apparence

J’ai récemment entendu parler d’une femme qui était arrivée à une conférence en jean. Elle avait réfléchi soigneusement à son apparence du jour, et opté pour le denim pour donner l’impression d’être « accessible ». Une fois sur place, elle a dû se rendre à l’évidence : au milieu des costumes, son look n’avait rien de professionnel. Comme Jennifer Lee le confirme, tout est question de contexte et de répondre aux attentes d’un secteur.

D’après des recherches menées par la Harvard Medical School, il faudrait moins d’un quart de seconde à une personne pour évaluer les compétences et la fiabilité d’une autre, sur la seule base de son apparence.

« Ce n’est pas juste », concède Jennifer Lee. « Mais il en est ainsi : si vous souhaitez progresser dans votre carrière, vous devez en tenir compte et respecter le dress code. Pour que ce ne soit pas votre garde-robe, mais vos idées que l’on retienne. »

Les hommes ne sont pas épargnés non plus : Mark Zuckerberg troque bien son T-shirt et son sweat à capuche contre un costume quand il rencontre des investisseurs. Cependant, les femmes doivent en faire un peu plus pour ne pas perdre l’avantage au cours de ce précieux quart de seconde.

Vous devez connaître les normes de votre secteur et vous habiller pour le travail que vous souhaitez exercer, c’est particulièrement important si vous êtes une femme Une des clientes de Jennifer Lee travaille dans un secteur plutôt décontracté. Mais si elle souhaite progresser professionnellement, « elle ne doit pas venir au bureau en arborant un T-shirt avec des Bisounours et un jean déchiré, comme certains de ses collègues le font. » 

La raison ? Elle se résume à une question pour Jennifer Lee : « Si je vous donnais l’intitulé de ma fonction, est-ce que vous me croiriez ? » 

D’une certaine manière, c’est pertinent. Ce qui est approprié dans un secteur peut être totalement inapproprié dans un autre. Ainsi le chignon serré d’une gymnaste olympique aura l’air complètement incongru sur la journaliste qui couvre la compétition. De la même manière, si une gymnaste arrivait avec le brushing parfait de la journaliste, elle ne serait pas prise au sérieux. Tout est question de contexte et d’attentes.

Conclusion

Comme dans tous les autres aspects de la vie professionnelle ou presque, il convient de reconnaître que les femmes sont tenues de respecter d’autres normes que les hommes en matière d’image. Ce que vous décidez de faire de ces informations vous appartient : si vous estimez que vos actions priment sur votre apparence, alors allez-y : mettez votre T-shirt Game of Thrones. 

Mais si vous souhaitez vous donner toutes les chances pour faire une bonne impression, nous vous recommandons de suivre les conseils de Jennifer Lee : soyez organisé ; trouvez des moyens pour vous détendre ; habillez-vous pour le job.

La culture de votre entreprise joue probablement un rôle important dans la façon dont vous et vos collègues vous habillez pour travailler ; elle influence certainement aussi la façon dont vous voyagez pour votre travail. Pour en savoir plus sur l’impact des voyages d’affaires sur une culture sensible aux coûts, nous vous invitons à lire notre livre blanc.