3 façons de transformer votre politique voyages en un outil de recrutement impactant

Se démarquer pour attirer de nouveaux talents

Lelia Gowland, Directrice, Gowland, LLC

Alors que le marché du travail s’apprête à voir arriver les représentants de la génération Z, la clé du recrutement pour les entreprises résidera dans leur culture organisationnelle et l’expérience quotidienne qu’elles sauront offrir à ces nouveaux employés.

Nés entre 1998 et 2016, les représentants de la génération Z sont en quête d’un lieu de travail plaisant et d’horaires et de congés flexibles.

Votre entreprise est-elle prête à répondre à ces attentes ?

Pour ces nouveaux candidats à l’emploi, les à-côtés et le bien-être sont des critères essentiels. Vous avez peut-être déjà entendu parler de ces candidats qui ont accepté des postes dans des entreprises parce qu’elles proposaient des en-cas gratuits ?

Nous vous invitons à passer ce quiz afin d’explorer trois moyens de recruter et de fidéliser des talents, et ainsi de rendre votre entreprise performante en faisant de votre politique voyages un véritable avantage pour vos employés.

1. Qui devrait voler en classe Affaires (A ou B) ?

A : Le vice-président senior qui réalise quelques voyages chaque année

B : Le représentant commercial qui est en déplacement 40 semaines par an

Réponse : B

Dans nombre d’entreprises, les avantages dont bénéficient les employés dépendent de leurs titres. Le plus souvent, c’est donc le vice-président senior qui obtient le meilleur siège. Or, vous obtiendrez probablement de meilleurs résultats en modifiant votre politique et vos expériences de voyages pour les adapter à vos différents types de voyageurs.

Analysez vos données afin de mieux comprendre qui voyage pour votre entreprise, pour quelles missions, et à quelle fréquence. Sur la base de cette analyse, vous pourrez ensuite identifier plusieurs personas, comme par exemple :

  • Le grand voyageur : ce représentant commercial en déplacement 40 semaines par an
  • Le voyageur fréquent : cet expert marketing qui couvre plusieurs marchés et voyage plusieurs fois par mois.
  • Le voyageur occasionnel : un employé qui réalise un petit nombre de voyages annuels.
  • Le voyageur non fréquent : cet autre employé qui voyage si rarement qu’il vous recontacte une fois tous les seize mois pour récupérer son identifiant pour le site de réservation

De tous ces personas, ce sont les grands voyageurs qui doivent disposer de l’avantage de la classe Affaires. Pourquoi ?

Parce que comme le montre une étude de la Global Business Travel Association, les expériences de voyage liées au travail ont un impact sur la satisfaction de 88 % des voyageurs d’affaires de la génération Y, et de 79 % des voyageurs d’affaires toutes générations confondues.

Au vu de l’importance de la satisfaction de vos voyageurs et des coûts associés à une faible rétention de vos employés, du fait de l’épuisement de vos grands voyageurs en particulier, un ajustement de votre politique voyages apparaît pertinent.

Les bonus et autres avantages liés aux voyages seront sans nul doute appréciés de vos voyageurs occasionnels. Mais ils peuvent surtout améliorer de manière significative la productivité de vos grands voyageurs et voyageurs fréquents.

Ceci est d’autant plus important que la génération Z, qui fait actuellement son entrée sur le marché du travail, accorde encore plus d’importance à son expérience de travail au quotidien.

Si vous recherchez des moyens d’améliorer vos économies ou d’accroître la satisfaction de vos voyageurs, nous vous recommandons d’inclure les services additionnels suivants dans votre politique voyages :

  • Abonnement aux programmes TSA Pre✓® et/ou CLEAR, pour un contrôle de sécurité accéléré dans les aéroports
  • Global WiFi, pour un wi-fi sécurisé et accessible à tout moment
  • LoungeBuddy, pour réserver sa place dans des centaines de salons d’aéroport partout dans le monde
  • AirHelp, pour se faire assister dans les demandes d’indemnités aux compagnies aériennes suite à des retards ou problèmes (UE)

La capacité à exploiter vos données peut devenir une force, et faire de vous un véritable stratégiste et data scientist. Peut-être utilisiez-vous déjà vos données de voyages pour identifier des sources d’économie. Désormais, vous pouvez apprendre à mettre ces données en pratique pour améliorer vos processus de recrutement et de fidélisation.

Pourquoi ne pas les utiliser par exemple pour démontrer à votre équipe de direction l’intérêt de retirer des avantages accessoires aux dirigeants de l’entreprise pour les transférer aux guerriers de la route, des employés que vous avez du mal à fidéliser ?

En rendant ces moments de voyage d’affaires un peu plus simples ou confortables pour ces voyageurs fréquents, vous ferez d’eux des employés à la fois plus efficaces et engagés. Pour atteindre cela, déterminez qui doit bénéficier de quels services et avantages, puis attribuez ces derniers à des personas plutôt qu’à des titres.

2. Quelle est la meilleure politique ? (A ou B)

A : Une politique qui applique un tarif unique à chaque composante du voyage (vol, hôtel, transport terrestre, etc.)

B : Une politique qui applique un tarif journalier total pour chaque ville

Réponse : B

De la même manière que pour votre approche basée sur des personas, vous avez l’opportunité de tirer des informations précieuses de vos données de réservation. Plutôt que d’appliquer un tarif unique sur toutes vos politiques, vous devez apprendre de vos données de réservation pour optimiser vos tarifs

Financièrement, vous devriez arriver à un résultat similaire : si vous définissez votre tarif journalier total sur la base des tarifs agrégés pour chaque élément de voyage, les deux approches devraient être équivalentes en termes de coût.

Si vous vous concentrez sur la satisfaction de vos voyageurs, en leur donnant le pouvoir de décision, alors vous pourrez améliorer leur expérience et leur sensation d’autonomie tout en restant dans votre budget.

Un voyageur pourra ainsi choisir de faire une escale pour économiser sur son vol ou encore éviter de faire du covoiturage.

Un autre voyageur aérien pourra être un adepte des programmes de fidélité hôteliers et préférer payer plus pour continuer de profiter de son hébergement préféré, en renonçant à son allocation journalière.

Si vous choisissez d’offrir plus de flexibilité aux voyageurs dans la répartition de leurs ressources de voyage, alors vous pourrez améliorer leur engagement dans vos programmes et politiques.

Egencia a récemment interviewé plus de 5 500 utilisateurs entre Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique, afin de mieux connaître leurs préférences de réservation. Les employés sondés, basés aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Suède, ont été interrogés sur les aspects de la politique voyages de leur entreprise qui les dérangeaient : l’un des aspects les plus cités était l’impossibilité de réserver des services additionnels (accès au salon d’aéroport, service de sécurité Fast Track, etc.) par eux-mêmes.

Un employé qui bénéficie d’un tarif journalier dispose de suffisamment de discrétion pour privilégier ses besoins et son style de voyage personnels : un critère important pour la génération à venir de travailleurs.

Quelle que soit l’approche que vous choisissiez, il est important de définir un tarif journalier différencié pour chaque ville. Si vous choisissez d’appliquer un tarif journalier unique pour les frais d’hôtel par exemple, le risque est que vos voyageurs se retrouvent loin des centres-villes ou dans des quartiers dangereux.

Imaginez ce qu’un tarif journalier total pourrait donner au sein de votre entreprise. Peut-être pourriez-vous tester cette approche dans une ville-pilote pour commencer.

3. Qu’est-ce que le Bleisure ? (A ou B)

A : Un boys band britannique

B : Une politique qui permet aux voyageurs de combiner des jours de congé personnels à des voyages d’affaires

Réponse : B

Celle-ci était plutôt simple. (En espérant que vous ayez coché la réponse B.)

Dans le cadre d’une politique de bleisure flexible, les voyageurs peuvent prolonger un voyage d’affaires pour le plaisir, et ainsi profiter de la destination pour quelques jours de plus.

Si cette pratique n’est pas nouvelle, en particulier pour les jeunes professionnels, l’hybridation entre voyages d’affaires et voyages de loisirs est un avantage-clé pour les voyages professionnels.

C’est aussi une pratique de plus en plus courante, selon un rapport récent d’Expedia Group Media Solutions, Unpacking Bleisure Traveler Trends. Aux États-Unis, elle a enregistré une augmentation de 40 % depuis 2016. En moyenne, sur les cinq pays sondés dans le cadre de l’étude, 60 % des voyages d’affaires comportaient une partie bleisure au cours de l’année passée.

Comme Stuart Bruce, dont le travail nécessite des voyages internationaux fréquents, l’a expliqué à CNN, « Le [Bleisure] rend le stress d’un voyage d’affaires plus supportables. »

Pour en revenir à l’évolution de la main-d’œuvre, les représentants de la génération Z attendent de leur lieu de travail qu’il réponde à leurs besoins, selon Deep Patel. Ils recherchent des horaires flexibles et des employeurs privilégiant une bonne qualité de vie.

Bien que cela nécessite un peu de coordination logistique, le bleisure ne doit pas pour autant représenter des coûts supplémentaires pour l’entreprise. Imaginons qu’un employé souhaite rester jusqu’au lundi et profiter du week-end plutôt que de rentrer le vendredi soir : il devra assumer le surcoût éventuel sur le prix du vol, ainsi que les dépenses supplémentaires liées à son séjour ; de son côté, l’entreprise bénéficiera de la baisse de tarif éventuelle.

La politique voyages et la qualité de vie des employés font partie des sujets les plus abordés au cours du recrutement, et cela devrait s’amplifier avec l’arrivée de la génération Z sur le marché du travail. Ces trois étapes peuvent vous aider à tirer le meilleur de votre politique voyages en tant qu’outil de recrutement :

  1. Pensez vos voyageurs comme des personas plutôt que comme des titres
  2. N’appliquez pas un tarif unique. Apprenez en continu de vos données de réservation afin de vous assurer que vous appliquez le meilleur tarif journalier moyen à vos différents personas.
  3. Faites confiance à vos employés, et restez flexible en matière de bleisure.

Votre avis nous intéresse ! Utilisez-vous votre politique voyages comme un outil de recrutement ? Pensez-vous que ces méthodes pourraient fonctionner dans votre entreprise ? Est-ce déjà le cas ? Connectez-vous avec nous sur Twitter et partagez vos conseils et astuces en matière de politique de recrutement.

Lelia Gowland œuvre pour le travail des femmes. En tant que conférencière et auteur, Lelia aide les femmes à négocier et mener leur carrière. Obtenez plus d’informations sur gowlandllc.com.