Préserver votre culture de voyage lors d’une récession

Voyageurs d’affaires concluant une vente lors d’une réunion en personne

Par Eric White, directeur général à Chrome River

Les voyages d’affaires sont toujours perçus de différentes façons d’un voyageur à l’autre. Pour certains, la possibilité de séjourner dans des hôtels de qualité et de visiter de nouvelles destinations est un avantage majeur. Pour d’autres, il peut s’avérer plus difficile de concilier travail et engagements familiaux.

Entretenir une culture de voyage d’affaires solide est un avantage concurrentiel important dans le marché mondial actuel. À l’ère des appels vidéo et du clavardage en ligne, les interactions en personne demeurent très importantes dans un contexte de vente. De plus, la communication en personne renforce les relations avec la clientèle et favorise la fidélisation du personnel. Malgré tous ces avantages, le budget dédié aux voyages d’affaires est souvent l’un des premiers touché par les compressions budgétaires en période de difficultés économiques. En fait, environ 69 pour cent des organisations ont réduit leurs budgets dédiés aux voyages pendant la récession de 2008-2009[1]. Bien que cela puisse sembler être une décision logique, ces compressions budgétaires peuvent amplifier les effets d’une récession et les rendre encore plus pénibles. Lorsque le volume de nouvelles ventes diminue à cause de facteurs macroéconomiques, pourquoi nuire encore plus à votre équipe de vente? Empêcher votre personnel de voyager et d’aller au-devant des pistes complique grandement la conclusion de nouvelles ventes.

De plus en plus de chefs d’entreprise et d’économistes prévoient la fin de l’expansion actuelle de l’économie américaine. En fait, environ 69 %  des DF s’attendent à ce que les É.-U. entrent en récession d’ici la fin de 2020[2]. Alors qu’un récent sondage de la National Association of Business Economists évaluait à 60 % les risques de récession au cours de la même période.[3]

Comment les organisations pourront-elles préserver leurs budgets et leur culture de voyage lors de la prochaine période de difficultés économiques? Elles devraient premièrement veiller à réduire les dépenses inutiles liées aux voyages. L’une des façons les plus simples de maîtriser les dépenses est de s’associer à une société de gestion de voyages (SGV) comme Egencia. Une société de gestion de voyages devrait permettre à votre entreprise de centraliser toutes ses réservations de voyages et d’appliquer les règles relatives à la politique par le biais de la fonctionnalité de réservation de sa plateforme. Par exemple, les voyageurs et les gestionnaires de voyages peuvent consulter en premier les tarifs les plus bas ou qui sont le plus conformes à la politique. Les listes d’hôtels peuvent également être triées par classe ou par équivalences.

Les organisations doivent également comprendre que le fait d’étirer un budget de voyage ne signifie pas qu’il faille réduire les coûts de façon exagérée. Demander aux membres les plus performants de votre personnel de prendre des vols entrecoupés de plusieurs escales avec des compagnies aériennes à bas prix ou de séjourner dans un hôtel de classe moindre n’est pas la meilleure façon de stimuler le moral de l’équipe. Des règles trop strictes liées à la politique pourraient même les amener à quitter l’entreprise, alors qu’ils contribuent grandement au succès de celle-ci.

Que peut-on faire d’autre afin de maximiser la valeur des sommes allouées pour les dépenses de voyages d’affaires? Chrome River, un chef de file mondial de la gestion des dépenses, a récemment commandé une étude de Harvard Business Review Analytic Services afin de pouvoir bien analyser ce sujet. Le point principal soulevé par cette étude est qu’il est essentiel, pour toute entreprise, de saisir et d’analyser efficacement les données relatives aux dépenses diverses et aux dépenses de voyage. S’il n’existe pas de preuve directe que les dépenses engagées mènent à des résultats commerciaux tangibles, il peut être difficile de justifier l’augmentation ou le maintien des dépenses liées aux voyages. Lorsque d’autres budgets sont réduits ou simplement éliminés, cela devient encore plus difficile. Dans le cas d’une récession, il est difficile de cerner une cause unique lorsque les ventes se mettent à chuter. La baisse des ventes pourrait être attribuable au climat économique général ou à des facteurs internes comme la réduction des sommes allouées pour les voyages d’affaires. Sans ces données, le cycle se répètera probablement lors de nouvelles mesures de réduction des coûts.

L’étude« Safeguarding travel culture through data-driven insights »présente un certain nombre de constatations pouvant donner lieu à des mesures concrètes. Cette étude s’appuie sur des données et sur différents domaines d’expertises liés à l’industrie du voyage d’affaires pour tenter de résoudre certains problèmes qu’affrontent les organisations. Les aboutissants de cette étude pourraient aider votre entreprise à prospérer lors de périodes de difficultés financières.

Vous pouvez télécharger cette étude gratuitement sur le site web de Chrome River. Pour en savoir plus sur la façon dont une culture de voyage solide peut être un avantage concurrentiel pour votre entreprise, téléchargez le rapport « Culture de voyage : Votre avantage concurrentiel sur le marché international ».


[1] Harvard Business Review Analytic Services commandité par Chrome River. « Safeguarding Travel Culture Through Data-Driven Insights, »Harvard Business Review Analytic Services, 2019.

[2] Ibid

[3] Ibid