Perspectives d’experts sur les voyages d’affaires

Table ronde sur la culture des voyages d’affaires organisée dans le cadre d’Egencia Elevate à Londres

Par Rob Greyber, Président d’Egencia

Chez Egencia, cela fait près de vingt ans que nous montrons la voie en matière d’innovation dans le secteur du voyage d’affaires.  À l’approche d’une nouvelle décennie, nous entrevoyons encore de nouvelles opportunités pour Egencia, et surtout pour nos clients.

En septembre 2019, j’ai eu le privilège d’échanger avec un groupe de professionnels talentueux du secteur sur les résultats des recherches les plus récentes sur l’avenir du voyage, dans le cadre de l’étape londonienne de l’Egencia Elevate Tour.

À l’occasion de ce tour du monde entamé depuis le mois de mai 2019,  nous rencontrons de grandes voix du secteur, qui partagent chaque fois des perspectives de qualité sur notre métier, pour nous aider à développer une meilleure compréhension de ce qui change au sein des entreprises aujourd’hui.  De la culture du voyage aux tendances en matière de technologie, nous avons chaque fois l’opportunité de partager des expériences avec des clients, confrères et collègues accomplis… Et ce n’est pas fini.

Comprendre le voyage d’affaires

Nous aidons les entreprises à trouver des solutions à leurs défis en matière de voyages en expérimentant nous-mêmes ces défis, et en collaborant chaque jour, par téléphone et vidéo, au sein de notre équipe. Cette collaboration à distance est difficile, car rien ne remplace les rencontres en personne. Nous privilégions le voyage, car nous avons conscience de son impact sur les résultats commerciaux. Ce fait est soutenu non seulement par notre propre expérience, mais aussi par de nombreuses recherches, notamment celle qui a donné lieu à la publication du rapport « Travel culture: Your competitive advantage in a global market », par l’équipe Analytic Services de Harvard Business Review… Selon ce rapport, les entreprises qui affichent une forte culture voyage – une culture dans laquelle les leaders et les processus considèrent le voyage d’affaires comme un investissement – obtiennent de meilleurs résultats.

Trouver l’équilibre entre les personnes et les coûts

Nous avons parlé plus en détail de ce rapport à l’occasion de l’étape londonienne de l’Egencia Elevate Tour. Au cours de la table ronde de la matinée, j’ai été rejoint par Caroline Strachan, directrice associée de Festive Road, et Susilla Galantis, directrice des projets d’efficience chez notre client L’Oréal. Nous avons discuté voyages, culture voyage, et la place de cette dernière dans une stratégie d’affaires.

Selon le rapport, que Caroline Strachan considère comme « l’un des documents de recherche les plus importants de notre secteur », les entreprises doivent se poser la question de ce qui compte le plus : les coûts ou les personnes ? L’essentiel est de permettre aux voyageurs de se concentrer sur leur destination plutôt que sur leur trajet. La réservation et le trajet devraient se dérouler de manière fluide, pour leur permettre d’être prêts à remplir leur mission une fois arrivés : c’est la clé. « Comme me l’a une fois dit le PDG d’une entreprise juridique cliente : il faut arrêter d’acheter des voyages comme on achète du papier toilette. ». »

Les personnes sont la priorité pour de nombreuses entreprises, même si les coûts restent un critère de décision important. Mais comme nous l’avons constaté plusieurs fois au fil de l’événement, nombre d’entreprises considèrent que le voyage d’affaires fait partie de leur stratégie, que ce soit pour favoriser le changement, engager les clients ou rechercher la croissance.  Ces entreprises exploitent des politiques, des données et des avis pour mesurer le succès de chacune de leurs initiatives.

Politique et diversité

Chez Egencia, nous encourageons nos clients à considérer les politiques comme autant de moyens d’activer le voyage. La culture d’une entreprise est ce qui définit ses politiques et la façon dont ses collaborateurs se déplacent : à ce titre, les politiques jouent un rôle important dans l’histoire de sa culture voyage. La façon dont les collaborateurs d’une entreprise voyagent a un impact important sur son retour sur investissement global. Mais qu’est-ce que cela implique sur le plan de la diversité, de la flexibilité ? Faut-il viser une politique unique, valable pour tous les cas de figure ?

« Il faut une politique unique, pour favoriser l’équité, mais suffisamment flexible pour répondre aux besoins de différents scénarios, » a expliqué Susilla. Caroline était d’accord : « Il faut travailler avec les ressources humaines, poser les bonnes questions et utiliser les acquis pour aligner politique et culture. »

Du besoin d’un bon alignement culturel

À quoi ressemble une forte culture voyage ?

« Souvent, on la décrit [la culture] comme “la façon dont les choses fonctionnent quand personne ne regarde.” Ces choses ancrées, qui poussent les personnes à prendre leurs décisions », a expliqué Caroline.

Susilla a ensuite raconté l’expérience de L’Oréal  : « Nous recherchions une agence de voyages d’affaires qui n’occasionnerait pas de frais supplémentaires, même si le budget n’était pas la priorité. Ce qui nous intéressait, c’était d’abord d’avoir des avis, puis de connaître l’adoption en ligne. Avant Egencia, l’adoption en ligne était de 59 % ; aujourd’hui, après deux mois, nous en sommes à 95 %. »

« Lorsqu’il y a alignement, le commercial devient moins important. Par contre, il revient plus cher de s’associer à une agence de voyages avec laquelle ça ne colle pas », détaille Caroline.

L’apprentissage automatique pour la culture voyage ?

Plus tard dans la matinée, le directeur de la technologie d’Egencia Alex Kaluzny a proposé une présentation sur la signification de l’intelligence artificielle (IA) pour le voyage d’affaires. Passionnante, sa présentation a déclenché une foule de questions de l’audience.

Un participant a notamment demandé si l’apprentissage automatique (AA) pouvait être appliqué à la culture du voyage. Alex a confirmé que c’était possible « avec les plafonds de polices par exemple. Plutôt que de définir des plafonds forfaitaires ou d’incorporer une foule de règles aussi peu pertinentes les unes que les autres, l’AA pourrait aider à définir ces plafonds en s’appuyant sur les données actuelles et des algorithmes. »

Il ne fait aucun doute que l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle peuvent avoir un impact positif exceptionnel sur le programme voyages d’une entreprise. Ils devraient être utilisés en conséquence pour renforcer une culture sur la base des perspectives et preuves qu’ils permettent de rassembler. Alex a couvert le sujet de manière bien plus approfondie, permettant à chacun de nous de quitter l’événement avec bien moins de questions.

Bilan

Ne pouvant rester pour le déjeuner de réseautage – ou les échanges de l’après-midi sur les mises à jour produits et la norme NDC –, j’ai déjeuné dans l’avion qui me ramenait à la maison (#voyagedaffaires).

Je serais bien incapable de rendre compte de toute l’énergie, des questions et discussions qui ont émaillé la matinée en un seul article de blog.

En revanche, je ne peux que vous recommander de participer directement à l’un des événements de l’Egencia Elevate Tour. Vous ne pourrez qu’être impressionné par tous les échanges et les apprentissages que vous pourrez en tirer, pour aujourd’hui comme pour les années à venir.

Cet article a été publié la première fois sur LinkedIn.